Préparer sa visite au Père Noël

Comment préparer sa visite au Père Noël pour que ce soit une réussite? Par ici les conseils!

Visite au Père-Noël. Crédit-photo: Elke Oerter (sur Freeimages.com)

Des attentes élevées

J’avais tellement hâte d’amener ma fille voir le Père Noël pour la première fois! Déjà avec ma bédaine, je lorgnais le royaume du Père Noël à ma visite au centre commercial, et j’imaginais cette première rencontre. Ma fille serait enchantée par les décorations, aurait hâte à son tour et s’assiérait sur le Père Noël pour faire des sourires à la caméra.

Eh bien, devinez qui? Ça ne s’est pas du tout passé comme je l’espérais. Et c’était en partie ma faute. Parce que je n’avais pas suffisamment préparé notre visite au Père Noël. Pour que votre visite se fasse tout en douceur et en sourires, voici les conseils que j’aurais aimé recevoir pour m’y préparer.

Qui est le Père Noël?

Parler à son enfant du Père Noël est essentiel avant même de penser à le visiter. Vous pouvez lui lire des livres, lui montrer des photos, et observer sa réaction. Sourit-il, ou affiche-t-il un air méfiant? Ça devrait déjà vous donner une  idée de la réaction qu’il aura devant le vrai personnage.

La peur du Père Noël

Père Noël. Crédit-photo: KlausHausmann (sur Pixabay)La peur du Père Noël est bien réelle et a même un nom: la paternatalophobie. Jusqu’à 3 ans et demie, les enfants sont particulièrement impressionnables et pourraient avoir une réaction très forte face au Père Noël. Il est recommandé de ne pas minimiser cette peur, car elle est réelle. Accompagner son enfant et respecter ses limites sont de sages conseils pour éviter qu’une peur d’enfant ne se transforme en phobie.

Gardez en tête que le Père Noël est plutôt épeurant quand on ne le connaît pas: c’est un vieil homme imposant, barbu, costumé, et inconnu. En plus, il a une grosse voix et un rire peu naturel. Et vous lui tendez votre enfant pour le faire asseoir sur ses genoux, sans plus d’introduction. Il y a de quoi être déstabilisé. Si vous prenez le temps de parler du Père Noël et d’expliquer comment se déroulera la visite, votre enfant a déjà une meilleure chance de bien réagir.

Obliger un enfant à s’asseoir sur les genoux du Père Noël

J’ai un malaise à l’égard du fait d’obliger mon enfant à s’asseoir sur les genoux d’un inconnu. Je travaille fort à lui apprendre l’importance de l’autonomie et le respect de son corps. Si les experts conseillent de ne pas obliger un enfant à donner un bisou contre son gré, il me semble que son consentement devrait aussi être nécessaire pour l’asseoir sur le Père Noël. Rester debout à côté de lui, ou dans les bras d’un parent sont aussi des options valides.

Planifier votre visite au Père Noël

Planifier votre visite à un bon moment plutôt que de vous laisser spontanément inspirer pendant les achats des Fêtes vous permettra de mieux en profiter.

Bureau. Crédit-photo: FirmBee (sur Pixabay)

Trouver le bon moment

Si vous faites partie des chanceux qui peuvent y aller un jour de semaine, sautez sur l’occasion! Vraiment. Vous attendrez moins longtemps en ligne, vous aurez plus de temps avec le Père Noël et la possibilité de prendre votre temps.

Peu importe quand vous choisirez d’y aller, un enfant reposé sera plus calme et mieux disposé. Donc, idéalement, pas avant la sieste ou l’heure du coucher. Et n’oubliez pas que les samedis et dimanches après-midis sont les moments les plus achalandés, vous pourriez attendre longtemps en ligne. Mon conseil, si vous devez absolument y aller le soir ou la fin de semaine: allez chercher les enfants plus tôt un soir de semaine, et visitez le Père Noël pendant l’heure du souper, en prévoyant des collations. Ou encore allez-y tôt dans le mois de décembre: plus Noël approche, plus le Père Noël est populaire.

Personnaliser sa visite

Et si le Père Noël connaissait le prénom de votre enfant sans que vous n’ayez à le lui dire? Rien de plus facile. Il suffit de faire comme au Village du Père Noël et d’afficher leur nom bien en vue sur une étiquette collée à leur manteau ou chandail. Le Père Noël pourra alors les accueillir en utilisant leur prénom, ce qui ajoutera à la magie.

Pour les enfants plus timides, préparer une liste à l’avance pourrait être intéressant. Le site Parenting.com suggère des trucs pour optimiser la rencontre avec le Père Noël, dont celui de préparer à l’avance une liste de cadeaux avec l’enfant et de la rouler avec une boucle pour qu’il puisse lui-même la présenter au Père Noël. Ça distraira l’enfant et placera l’attention sur le Père Noël au lieu de l’enfant.

S’occuper pendant l’attente

Visite au Père Noël. Crédit-photo: Gerf (sur Freeimages)Bon, ça y est, la date est fixée, et vous arrivez au Royaume du Père Noël! Les enfants sont excités, les plus vieux ne tiennent pas en place tellement ils ont hâte de demander plein de jouets. Mais il y a 10 enfants devant les vôtres dans la file. Il faut patienter… Arriver bien préparé vous facilitera la tâche. Et vous permettra de rester zen jusqu’à la fin. C’est ici que tout se joue: arriverez-vous à rester calme et de bonne humeur? Je vous le souhaite.

Des collations (sans dégâts, n’oubliez pas les photos!) devraient les occuper pendant au moins quelques minutes. Des jouets devraient aussi détourner leur attention, surtout pour les plus jeunes. Pour les plus vieux, c’est le moment de sortir le ipad que vous gardez pour les occasions spéciales, ou les consoles de jeux vidéo. Tout pour les garder calmes et patients en attendant votre tour.

Rencontrer le Père Noël

Enfin, c’est votre tour! Les jeux sont faits, il ne vous reste plus qu’à en profiter. Mon conseil: rappelez-vous que vous êtes là pour avoir du plaisir en famille et créer des souvenirs magiques. Permettez-vous donc d’être excités, enthousiastes et de redevenir un enfant vous-même. Ça pourrait être contagieux.

Et si votre enfant pleure quand même en rencontrant le Père Noël? Sonia Cosentino (du site Mamanpourlavie.com) explique comment réagir aux pleurs: analyser la réaction de votre enfant, lui expliquer que sa peur est normale, le rassurer et s’il ne veut toujours pas aller voir le Père Noël, le laisser faire et attendre à l’an prochain. J’aime particulièrement ce passage: «Ce qui est à retenir dans cette situation, c’est que c’est un besoin d’adulte que l’on comble en voulant que notre enfant s’assoit sur les genoux du père Noël et non un besoin de l’enfant, surtout quand il est tout-petit. Même si vous tenez à avoir LA photo de Noël, dites-vous que vous aurez bien des années pour vous reprendre!»

Et puis, comment s’est déroulée votre visite au Père Noël cette année?

A propos Mélanie (17 articles)
Maman d'une petite fille de 3 ans et demie, j'essaie de mettre de la magie dans notre quotidien et de célébrer les fêtes et occasions spéciales autant que possible. Pour moi, il est important de faire participer les enfants aux préparatifs, les coûts et temps de réalisation doivent être minimes, et j'essaie de consommer mieux et avec une conscience environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*